12 mai 2006

Guillemots, From The Cliffs (2006)

guillemots1

Si d’aventure, on ose se pencher sur le cas Guillemots, il se pourrait bien que l’on n’en sorte pas indemne. A l’heure où le rock reprend le pouvoir dans les charts, c’est un groupe londonien au patronyme plutôt franchouillard qui vient chatouiller les impeccables Magic Numbers avec une pop proche de la perfection (l’imparable single « Trains To Brazil ») et faire revivre la grâce d’un certain… Jeff Buckley (l’indécemment grandiose « Over The Stairs »). Quasi inconnu au bataillon il y a encore quelques mois, ce drôle de quartet (chaque musicien ayant des origines et un passé musical hétéroclites) a reçu les faveurs de la presse musicale britannique. Les très influents Q Magazine, NME et Rolling Stones n’ont pas hésité à placer Guillemots sur la liste des groupes les plus prometteurs du moment. En l’espace d’un instant, c’est le questionnement qui s’impose. Encore un groupe encensé qui finira dans l’oubli après un plébiscite aussi brutal que destructeur ? Et bien non, Guillemots a un vrai potentiel, une essence mélodique, un songwriting fin et la pointe d’exotisme qui vient saupoudrer le tout (la fusion jazz reggæ de « Go Away »). Il n’y a aucun doute, Guillemots a de réelles chances de se fendre d’un beau succès (« Who Left The Lights Off, Baby » à l’accent Robert Smith, tube à venir). Au pire, pour ceux qui ne seront pas convaincus par ce mini-album (8 titres), Fyfe Dangerfeld (compositeur et maître Guillemots) et compagnie ont encore de belles années pour écrire ce genre de chansons que l’on écoute en boucle.

Posté par Nicklord à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Guillemots, From The Cliffs (2006)

Nouveau commentaire